Le « Puits des âmes » Partez à la recherche du terrible secret de l’Inca Pachacuti

Da-Vincis-Demons-206-04-Topa-Inca

 

 

Le roman d’aventures français est depuis 30 ans enlisé dans les chroniques historiques décrivant les mœurs des pharaons, personnages historiques médiévaux ou écrivains célèbres. Le roman « Le puits des âmes » remonte aux sources du récit romanesque et renoue avec la tradition épique chers aux auteurs du 19e siècle.

 

 

Les auteurs contemporains (sans doute inspirés par l’incroyable succès des Ramsès de Christian Jacques) se sont longtemps engouffrés dans les récits historiques bien trop influencés par les sciences humaines (la dictature socio-politique a encore de beaux jours devant elle) et ses travers : descriptions interminables du climat social et historique au détriment de l’Histoire qui passe souvent au second plan. Les romanciers contemporains ont plutôt réussi à trouver de l’efficacité dans les thrillers, à l’instar de JC Grangé ou Maxime Chattam, mais les romans d’aventures avaient quasiment disparu.Pourtant, il existait une vraie école romanesque au 20e siècle qui de Kessel à Malraux ou Blaise Cendras nous ont donné de merveilleux romans d’aventures : « Les cavaliers, « La voix royale », L’Or » ou même « Le Hussard sur le toit ». La veine historique contemporaine nous livre des récits savants, mais dont les personnages et les récits demeurent souvent froids, désincarné.

La sortie chez Publibook du « Puits des âmes » de Guy Ros nous surprend agréablement, car le récit progresse avec doigté, les personnages sont humains, doutent, sont étreints par l’effroi, déchirés par la faim, la peur. Le roman d’aventures retrouve les accents tourmentés des héros de Conrad, de Malraux. Le récit avance comme un scénario de cinéma à suspense, structuré, ciselé, palpitant. Le « Puits des âmes » rend un hommage vibrant aux grands écrivains du 20e siècle : London, Conrad, Kessel, Malraux, sans sombrer dans le plagiat stylistique ou le passéisme. Récit lorgnant sur le plan de sa structure sur le scénario de cinéma (à l’image des récits de Harris) il nous mène des côtes françaises jusqu’aux rivages du Pérou à la recherche d’un secret inca enfoui dans la jungle péruvienne sur les rives de la rivière Madre de Dios. Récit à énigmes et à rebondissements qui rend bien sûr un hommage vibrant et assumé au Steven Spielberg d’Indiana Jones, Le « Puits des âmes » retrouve la joie et le plaisir du conte macabre et horrifique, sans lorgner vers le « Gore » du thriller contemporain (nous sommes ici plus prêt de London que de Harris). Nous retrouvons le personnage de l’archéologue, du Sage qui va guider quatre aventuriers jusqu’aux sources du mystère dans un univers décrit avec la précision des maîtres de la littérature romanesque comme Conrad. Les personnages sont tourmentés, anxieux, peureux, héroïques parfois, mais demeurent des hommes qui ne sont en rien désincarnés.

 

 

Sapa Inca Pachacuti

 

 

Roman d’aventures assumé « Le puits des âmes » n’a pas peur de raconter une histoire, avec ses rebondissements, ses césures, ses énigmes, ses combats. Nous ne sommes ni dans un récit « à la manière de », ni dans un plagiat respectueux, mais dans un roman habité par le souci du rythme de ses aventures, de la crédibilité des réactions de ses personnages, par la peur aussi. La peur habite les personnages de ce roman qui partent à la rencontre d’une aventure dont ils rêvaient, mais avec les doutes inhérents aux hommes qui sont conscients que leur voyage sera peut être sans retour.Ces personnages, même si ils combattent, tuent, fuient sont habités par le doute… Mais ils continuent à poursuivre leur folle chimère : découvrir le «Puits des âmes » de l’Inca Pachacuti. Le London du « Loup des mers » n’est pas loin dans ce roman structuré comme un scénario, habité par le doute d’aventuriers n’assumant pas toujours leur folle envie d’exotisme et de mystère. Le roman trouve sa voix dans un univers oppressant, dur, maléfique. Truffé de citations et de clins d’œil aux maîtres du roman d’aventures (London, Conrad, Kessel, Poe, Lovecraft, Verne), ce roman hommage assume la veine épique du roman du 20e siècle et nous livre un dénouement absolument stupéfiant.

La bonne surprise de cet été littéraire.

 

Edwige Lanbardier

 

Pour le trouver 

http://www.amazon.fr/Le-Puits-%C3%82mes-Ros-Guy/dp/2342015828

 

couv en jpeg

 

https://www.facebook.com/ros.guy.7

http://www.societedesecrivains.com/librairie/livre.php?isbn=9782342015829

http://www.yatedo.fr/martineden

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s